Acheter un appartement dans le cadre de la défiscalisation immobilière

Acheter un appartement dans le cadre de la défiscalisation immobilière

L’investissement locatif permet de bénéficier d’une défiscalisation immobilière. Les conditions d’accès sont définies dans la loi Duflot et elles permettent de rentabiliser et d’optimiser l’achat de logement.

Investir avec la Loi Duflot

La Loi Duflot en bref

La loi Duflot suit l’ancienne loi Scellier sur la défiscalisation immobilière locative. Cette dernière ne sera plus valide à partir du 31 mars 2013. La nouvelle loi dirige les investisseurs vers les zones en manque de logements.

En pratique

Son fonctionnement suit les règles suivantes : le budget maximal est de 300000 €, le loyer est de 20 % inférieur à la moyenne du marché, la durée de la location est de 9 ans pour un locataire choisi sur la base du plafond de ressources.

La réduction d’impôt obtenue est de 18 % pour un investissement en Métropole contre 29 % en Outre-mer. Cela signifie concrètement un montant de 6000 à 9666 euros de réduction mensuelle.

L’achat de l’appartement

La rentabilité locative

Le calcul de la rentabilité locative est donc la première opération à effectuer avant d’investir.

L’environnement

La visite du terrain et de son environnement est impérative afin de réunir les conditions favorables. La proximité des écoles, moyens de transport et autres commodités augmente la valeur du bien.

L’achat revente immobilier du bien en location

Donner congé à son locataire

La vente d’un bien immobilier en location est précédée du congé du locataire. Le contrat de bail prend le pas sur celui de la vente. Le locataire sera informé par lettre recommandée avec AR ou par un huissier de justice. Le propriétaire doit justifier de sa décision six mois avant la fin du bail en cours.

A LIRE  Acheter un terrain à bâtir : Top 10 des conseils à suivre pour ne pas se tromper

La vente

Lorsque le propriétaire veut vendre son bien, une proposition de vente est annexée à la lettre recommandée de mise en congé. Une proposition sur le prix et les conditions de vente seront spécifiées sous peine de nullité du congé. Le locataire dispose de tous ses droits de jouissance de la maison jusqu’à la fin de contrat et s’il accepte la proposition de vente, il dispose de deux mois afin de la finaliser.