Immobilier dans l’Hérault : l’association des notaires livre son bilan 2012

Les notaires de l’Hérault constatent une légère baisse des prix de l’immobilier sur l’ensemble du département en 2012 avec une nette disparité entre les villes les plus cotées.

Montpellier toujours en tête

Malgré la crise immobilière qui perdure, Montpellier a toujours le vent en poupe. Dans le secteur des appartements anciens par exemple, la capitale du Languedoc-Roussillon maintient des cotations élevées, notamment dans ses quartiers huppés. À Port-Marianne ou autour de Comédie, le prix du mètre carré oscille autour de 3 230 euros.

Cependant, sur l’ensemble de la ville, les notaires de l’Hérault tablent sur une légère baisse des prix de – 0,7 % par rapport à l’exercice 2011. En effet, les prix de vente de certains logements (comme l‘achat d’une maison à Béziers, par exemple) situés dans les quartiers moins plébiscités comme La Mosson sont restés figés. Les promoteurs cèdent les biens à partir de 1 300 euros le mètre carré.

Qu’en est-il des autres villes ?

Les villes plus éloignées du littoral méditerranéen enregistrent une inquiétante baisse des prix, aussi bien dans le domaine de l’immobilier neuf que dans l’immobilier ancien. À Béziers en l’occurrence, les prix restent beaucoup plus abordables qu’à Montpellier. Dans les quartiers commerçants longeant l’avenue Foch ou La Font-Neuve, les appartements logés dans des immeubles bourgeois sont accessibles dès 1 000 euros par mètre carré. Recourir aux services d’une agence immobilière Béziers permet désormais d’envisager de construire sur les terrains viabilisés de la ville, dont le mètre carré est vendu 150 euros. Le principe est le même pour une agence immobilière à Valras plage ou à Servian.

Comments are closed.