Nouveau plan de lutte contre le décrochage scolaire : espoir réel ou infondé ?

François Hollande a annoncé lors de ses élections qu’il tenterait de faire réduire de moitié le taux d’abandon scolaire avant la fin de son quinquennat. Réalisable ou pure fantasme ? Le nouveau plan annoncé fin de ce mois de novembre fait suite à un premier plan de lutte.

Mesures programmées dans l’éducation

Les actions qui seront prévues concernent la prévention, le tutorat entre adulte et élève, nouvelle prise en charge des élèves exclus, l’agrandissement du programme de médecine scolaire et le retour à la formation facilitée pour ceux en difficultés. En parallèle, les cours particuliers que ça soit à Montpellier, à Paris ou encore à Bordeaux continueront de perdurer car ils se révèlent être une aide complémentaire et stable dans la réussite scolaire des élèves.

Plusieurs pistes ont été relevées par le gouvernement, un programme a été défini, à voir désormais s’il sera respecté et surtout réalisable. Car toutes actions mises en place nécessitent des fonds.

Manque de faisabilité du nouveau plan de lutte

Toutefois les moyens alloués sont quant à eux faibles. En effet l’Europe a offert une enveloppe contenant 50 millions d’euros. Une somme qui peut paraître élevée mais compte tenu des dépenses scolaires précédentes  cela se révèle être peu élevé. Si la somme est répartie équitablement entre chaque établissement, chacun  recevra environ 1000€. La répartition n’a pas encore été dévoilée, il faudra attendre pour voir de quelle façon les fonds récoltés seront distribués dans l’éducation.

Certains acteurs, comme le conseiller régional de l’Ile-de-France, déclarent que ces mesures sont attendues depuis plus d’un an et demi et que rien n’a changé dans l’univers de l’éducation. Ils doutent de l’efficacité de ce nouveau plan de lutte contre le décrochage à l’école. D’ailleurs, des parents ont déjà prévu de continuer à faire appel au soutien scolaire pour des cours de physique à Béziers par exemple.

 

Comments are closed.